Laboratoire d'étude
de la santé sexuelle

Sophie Bergeron  Ph.D

« Favoriser le bien-être et la santé sexuelle des individus et des couples ».

Pour en savoir plus

Qu’est-ce que la vestibulodynie?

La vestibulodynie touche environ 12% des femmes de la population générale. Elle se caractérise par une douleur au vestibule vulvaire, le plus souvent ressentie à l'entrée du vagin. La douleur est décrite par les femmes comme une sensation de brûlure lors des relations sexuelles avec pénétration vaginale, mais aussi lors d'autres activités impliquant une pression au vestibule (p. ex., insertion de tampons, examen gynécologique). La vestibulodynie peut affecter les adolescentes et les femmes de tous les âges. Elle peut apparaître dès la première relation sexuelle, ou survenir après une période de relations sexuelles non douloureuses. Ce problème de douleur gynécologique a des conséquences négatives sur la vie sexuelle et amoureuse des femmes atteintes et de leurs partenaires.

Quelles en sont les causes?

Malheureusement, les causes de la vestibulodynie restent encore méconnues, et ce malgré les recherches faites dans ce domaine. Cependant, certains facteurs de risque d'ordre biomédical et psychologique pourraient être associés au développement, à l'aggravation ou au maintien de cette problématique. Ce sont ces différents facteurs qui sont ciblés par les traitements, que ce soit en physiothérapie (p. ex., tension des muscles du plancher pelvien), en sexothérapie (p. ex., gestion de la douleur, satisfaction sexuelle et conjugale), ou par des traitements médicaux (p. ex., désensibilisation de la muqueuse ).

Quelles en sont les conséquences?

Le fait de ressentir de la douleur de manière répétée lors des relations sexuelles avec pénétration vaginale entraîne des répercussions importantes sur le vécu psychologique, sexuel et conjugal des femmes et de leurs partenaires. Au plan psychologique, ce type de problème peut devenir une source de détresse et d'anxiété pour les femmes atteintes, alors que leurs partenaires présentent davantage de symptômes dépressifs, comparativement aux couples n'étant pas aux prises avec cette problématique. Au plan sexuel, la douleur ressentie par ces femmes peut être associée à une perturbation de leur fonctionnement sexuel global, puis une baisse de leur intérêt, de leur excitation et de leur satisfaction sexuelle. Leurs partenaires, quant à eux, peuvent souffrir d'un fonctionnement sexuel altéré. Cette problématique prive donc de nombreux couples d'une source importante de plaisir et d'intimité. Étant donné l'impact considérable de la vestibulodynie sur la vie sexuelle des femmes et de leurs partenaires, la douleur peut devenir un facteur de mésentente conjugale. À long terme, il peut en résulter des frustrations sexuelles, un sentiment de pression à avoir des relations sexuelles, une peur de perdre le/la partenaire et un sentiment d'impuissance chez le/la partenaire qui ne sait pas comment réagir. Il est donc souhaitable que les couples trouvent l'aide appropriée en cas de douleur génitale, afin de ne pas rester seuls avec cette difficulté et ce qui en découle.

Quels sont les traitements possibles?

Une fois le diagnostic posé, le médecin recommandera à la femme l'un des traitements suivants, selon ce qui a été observé lors de l'examen. Il a été constaté qu'une approche combinant différents traitements (incluant les conseils pratiques, les traitements médicaux, la physiothérapie, la thérapie cognitivo-comportementale) ainsi que l'implication du ou de la partenaire donne les meilleurs résultats.

Étant donné l'éventail de traitements disponibles, seulement les plus utilisés sont décrits dans cette section. Il est donc possible que votre médecin vous ait recommandé autre chose.

1. La thérapie cognitivo-comportementale (sexologue ou psychologue ayant une expertise dans le domaine des douleurs vulvaires)

La thérapie cognitivo-comportementale pour la vestibulodynie combine la thérapie sexuelle avec des stratégies de gestion de la douleur. Le suivi peut se faire en individuel, en groupe ou en couple. La thérapie tient compte à la fois des facteurs contribuant à l'augmentation et au maintien de la douleur (p. ex., anxiété, peur d'avoir mal) que des conséquences de la douleur aux plans psychologique, sexuel et relationnel. Ainsi, par ce traitement, la femme souffrant de vestibulodynie pourra, par exemple, trouver des façons de mieux gérer ses épisodes de douleur, améliorer sa qualité de vie et augmenter son désir et sa satisfaction sexuelle. La thérapie cognitivo-comportementale peut également permettre au ou à la partenaire de mieux comprendre la réalité de sa conjointe et d'avoir une place où parler de ses peurs, préoccupations, insatisfactions pour faire comprendre sa réalité à l'autre. Ensemble, ils pourront alors cheminer vers une recherche de solution adaptée à leur couple.

2. La physiothérapie

La rééducation périnéale et pelvienne a pour but la diminution ou le contrôle de la douleur à l'aide de différentes techniques de prise de conscience du corps, d'exercices de désensibilisation de l'entrée du vagin et différentes approches visant à retrouver le contrôle des muscles du plancher pelvien. Ces muscles, ne se contractant et ne se décontractant pas de façon adéquate, influencent la capacité de l'entrée du vagin de se détendre, empêchant ou rendant difficile la pénétration. Les physiothérapeutes utilisent aussi des techniques manuelles et/ou instrumentale comme le biofeedback, l'électrostimulation et les accommodateurs. Ces exercices appris en clinique peuvent se pratiquer seule ou en couple.

3. Les traitements médicaux

a) Les anesthésiques topiques (p. ex., lidocaïne) : Les anesthésiques topiques sont des onguents, crèmes ou gels qu'on applique sur la région douloureuse. Par exemple, l'application d'une pommade à base de lidocaïne 5% peut contribuer à améliorer les symptômes de la vestibulodynie provoquée. La lidocaïne a été reconnue comme un traitement de première ligne qui est efficace pour soulager les symptômes de la vestibulodynie provoquée. Certaines femmes peuvent ressentir une sensation de brûlure suite à l'application, mais cela dure habituellement quelques secondes. Ce traitement peut être prescrit par un médecin, est simple et peu coûteux.

b) La vestibulectomie : S'il n'y a aucune amélioration après la thérapie cognitivo-comportementale de soulagement de la douleur, la physiothérapie ou un traitement médical de première ligne, une vestibulolectomie peut être envisagée. La vestibulectomie est une intervention chirurgicale d'un jour qui est effectuée sous anesthésie générale. L'opération consiste à enlever une portion de l'hymen et du vestibule en forme de croissant localisée à l'entrée du vagin jusqu'à une profondeur d'environ 2mm. À la suite de l'opération, la femme va généralement ressentir de l'inconfort dans la région vaginale de façon temporaire. La période de convalescence dure environ 4 semaines. Les activités sexuelles où il y a pénétration devraient être tentées seulement douze semaines après la chirurgie suite à l'évaluation par le médecin et la physiothérapeute.


Université de MontréalLogo CHUMLogo IRSCLogo-CRIPCAS

SSHRC CRSH FIP

 

Admin